Tunisie : Ashkalani (Raphaël Marchelli) remporte le Grand Prix du Président de la République 2011


    
Tunisie : Ashkalani (Raphaël Marchelli) remporte le Grand Prix du Président de la République 2011

Tunisie : Ashkalani (Raphaël Marchelli) remporte le Grand Prix du Président de la République 2011

5ème victoire pour le Haras Meddeb et 6ème pour l’entraîneur Hamida Charni
 par Mondher ZOUITEN -  La Presse de Tunisie du 05 - 06 - 2011


La traditionnelle journée de gala des courses tunisiennes s'est tenue dimanche dernier, avec en tête d'affiche le Grand Prix du Président de la République, l'épreuve la plus convoitée de l'année et dont rêve tout propriétaire ou éleveur de pur-sang… Ce premier «Grand Prix» après la glorieuse Révolution du 14 janvier revêtait un caractère particulier pour les organisateurs, les acteurs et même les turfistes, qui tenaient à sa réussite…La réunion a tenu toutes ses promesses et s'est déroulée dans une atmosphère détendue et sereine qui tranchait avec l'ambiance très pesante imposée par la phobie sécuritaire de l'ancien régime !

Le Grand Prix du Président de la République, derby des 4 ans de pur-sang arabe doté de 150.000 dinars et disputé sur la distance sélective de 2.000 mètres, avait réuni 19 partants, dont six pouliches et s'annonçait très ouvert avec six à sept sujets susceptibles de l'emporter. Six jockeys français et un italien ont été retenus pour la circonstance pour donner le plus nécessaire, en cas de lutte finale. La course a connu un déroulement limpide avec une arrivée âprement disputée et très spectaculaire, qui a soulevé l'enthousiasme du public nombreux qui participait à cette grande fête annuelle du cheval. C'est à 17h00 que les candidats à «la présidence» robes luisantes et casaques flamboyantes, sont entrés en piste pour le défilé d'usage devant les tribunes. Un peloton regroupé s'est élancé des stalles jusqu'au tournant des écuries où Amir Al Badia s'est porté au commandement suivi à son extérieur par Ashkalani puis Al Moutawakel, Aanoud Al Badr, Akermiya, Alwaad Essadek, Ammour…. Le peloton a commencé à s'étirer au début de la ligne d'en face, avec toujours Amir Al Badia et Ashkalani en tête suivis à 2 l. par Al Moutaouakel, Achem, Ammour, Akermiya, Alwaad Essadek… Ashkalani a forcé l'allure à partir des 1.000 m pour déborder Amir Al Badia, mais il devait subir aussitôt l'attaque de Ammour et Alwaad Essadek. Les trois poulains se détachèrent rapidement de leurs poursuivants. Ghofrane Ghrissi lança alors Ammour qui aborda le dernier tournant avec un petit avantage sur Ashkalani vivement sollicité par Raphaël Marchelli et Alwaad Essadek à l'extérieur et maintenu en attente par Charles Nora, tandis que Al Moutaouakel, Arkane, Akermiya, Adid et Araek suivaient derrière. Le sprint final était lancé avec trois poulains à la lutte ! Ashkalani, bien calé à la corde, redémarra à mi-ligne droite, tandis que Ammour plafonnait et Alwaad Essadek progressait et se faisait de plus en plus menaçant. Al Moutaouakel qui avait jusque-là patienté en bonne position était à son tour sollicité par Jean-Bernard Eyquem et refaisait du terrain. A 100 m du poteau, il se mêlait même à la bataille….Raphaël Marchelli se déchaîna alors sur Ashkalani qui se montra volontaire et déterminé. Il résista courageusement à l'assaut de ses rivaux pour l'emporter d'1/2 l. aux dépens de Alwaad Essadek (Hajjam et Lella El Behia) qui n'a point démérité, suivi à 1/2 l. par Al Moutaouakel (Hajjam et Laâziza) auteur d'une remarquable fin de course. A 1 l. 1/2 Ammour (Hajjem et Baldia) a terminé honorablement à la quatrième place avec 2 l. d'avance sur Amir Al Badia (Hajjam et Jennet El Ferdaous) principal animateur de l'épreuve et Arkane (Manguier de Piboul et Mouzdalifa) dont l'action manquait de fluidité, suivi de Adid, Araek, Azizet El Barka et Aboud. Voyons le parcours du lauréat. Ashkalani avait débuté victorieusement le 7 février 2010 dans le Prix de Cap Zebib (1.400 m). Deux semaines plus tard, il termina 3e du Prix de Kelibia (1.400 m) derrière Amir Al Badia et Alim. Il termina au mois de mai sa campagne printanière par une seconde place dans le Prix de la Municipalité de Den Den (1.600 m) derrière Alwaad Essadek invaincu pour ses quatre premières sorties. Durant l'automne, il disputa cinq épreuves avec une seconde place le 21 novembre dans le Prix Migyess (2.000 m) derrière Al Moutaouakel et une victoire le 12 décembre dans le Prix Esmet Ali (2.000 m) loin devant Al Moustakim, un fils de Dormane très estimé par son entourage. Il entama l'année de façon prometteuse avec trois victoires consécutives : dans le Prix du Kef (1.600 m) au mois de janvier en devançant Arkane et Aboud, puis au mois de mars dans les Prix de la Kasbah (2.000 m) avec 7 l. d'avance sur Amir Al Badia et Aboud – et Halim (2.000 m) avec 3 l. aux dépens de Ammour, Amir Al Badia et Al Moutaouakel. L'élève de Ahmed Charni qui venait de confirmer sa tenue a par contre déçu dans sa dernière tentative, le Prix d'Essai (2.000 m) en terminant au 5e rang derrière Al Moutaouakel, Arkane, Aboud et Alwaad Essadek.
Issu de Hajjam et Jenet Loubnan (par Akermi et Bagdad par Kesseb et Gamra par Raoui) le derby winner 2011 appartient à son naisseur le Haras Meddeb et est entraîné par Ahmed Charni.
C'est la cinquième victoire du Haras Meddeb dans cette prestigieuse épreuve, après celles de Fadhil (1996), Kammoun (2001), Sakhi (2008) et Zahir (2010). Le jockey Raphaël Marchelli auquel fait souvent appel le Haras Meddeb s'était déjà distingué en 2008 avec Sakhi. Quant à l'entraîneur Ahmed Charni il inscrivait là son nom pour la sixième fois au palmarès de cette prestigieuse épreuve, après les succès remportés avec Tayssir à ses débuts professionnels en 1970, puis Nadhem (1985), Okba (1986), Sakhi (2008) et Zahir (2010).
Les quatre premiers sont issus de l'étalon Hajjam qui s'affirme comme un vrai chef de race. De souche française, mais né en 1995 en Grande-Bretagne, Hajjam (Djourman et Dandoura par Manganate ) a couru sous des couleurs du Cheikh Abdullah Bin Khalifa Al Thani de 1999 à 2000 en Angleterre avec 4 victoires et 6 places. Suite à des problèmes de santé, son entourage s'en est désintéressé. Flairant le «bon coup», un Tunisien M. Taoufik Bayoudhi installé en Angleterre a réussi à l'acquérir et à l'amener en Tunisie. Il a démarré sa carrière d'étalon en 2001 et s'est rapidement imposé comme tête de liste. Il donne régulièrement des produits coursiers. Parmi sa très nombreuse production, on peut citer plusieurs bons chevaux comme : Oustoufida, Ra'fet El Hajjam, R'haiem (gagnants classiques et passés étalons), Rassid, Sokrate, Zehek, Zed Errakeb, Zinete, Zaazaâ…
Côté P.M.U. et sur la base de 0,500 dinar, Ashkalani a fait 9.95 à la gagne et 8.85 à la place, le jumelé (23.70), le trio (19.35) et le quartet (339.50 dans l'ordre et 12.30 dans le désordre).
Quatuor «Meddeb» dans le Grand Prix de la Révolution et de la Jeunesse.

Mondher Zouiten