Le devenir de Juddmonte Farms selon les dernières volontés du du prince Khalid Abdullah


    
Le devenir de Juddmonte Farms selon les dernières volontés du du prince Khalid Abdullah

Le devenir de Juddmonte Farms selon les dernières volontés du du prince Khalid Abdullah

 Depuis le décès le 12 janvier 2021 du prince saoudien Khalid Abdullah,  légendaire seigneur de l’élevage et des courses de pur sang, les commentaires sur les réseaux sociaux étaient nombreux concernant le devenir de Juddmonte Farms, la fabuleuse  entreprise qu’il avait crée il y a une quarantaine d’années, avec de magnifiques haras dans les meilleures terres (trois en Angleterre, deux en Irlande,  et un dans le Kentucky).

Une première réponse est venue de  Douglas Erskine Crum, le directeur général de Juddmonte Farms, qui a annoncé au quotidien hippique britannique Racing Post : « Juddmonte Farms continue et il n’y aura pas de changement…..  Il y a un engagement de la famille du prince Khalid Abdullah et de toute l’équipe dirigeante et des employés, pour poursuivre l’œuvre de son fondateur » Il a tenu tout d’abord à affirmer : «  Le prince Khalid Abdullah était une personnalité qui suscitait l’ admiration et le respect à l’échelle mondiale et les témoignages étaient nombreux pour lui rendre hommage….. Juddmonte a été construit depuis plus de quarante ans et fonctionne sur un système testé et approuvé. Il est basé sur la continuité. Vous ne pouvez pas avoir une entité d’élevage performante sans continuité. Le prince était ouvert au changement et il a fait des changements au fur et à mesure de l’évolution de son élevage et des résultats des courses, mais la principale caractéristique de Juddmonte est la continuité. Cela est le mieux illustré à travers ce que nous appelons le « green book » de Juddmonte, notre annuaire annuel de poulinières. Grâce à cette connaissance approfondie des lignées, le prince a réussi à influencer non seulement sa propre jumenterie,  mais aussi virtuellement celles des grands élevages actuels. Le « génie » du prince a été depuis le début de cette merveilleuse aventure, de mettre aux commandes de son élevage les meilleurs hommes de chevaux possibles. C’est sur ces personnes-là que reposait le plan du prince. Ces personnes, et leurs équipes, sont une partie importante de son héritage »

 Une nouvelle gestion de l’élevage :

« Le prince Khalid Abdullah avait pris dans le passé la décision de réduire son nombre de poulinières d’un tiers et de vendre deux de ses propriétés. Cela va évidemment avoir des conséquences. Il y aura moins de 2 ans à l’entraînement et en piste cette année. C’est le résultat de décisions prises il y a cinq, six ou sept ans. Le prince a toujours dit que les chevaux étaient son hobby, mais il tenait également à ce Juddmonte soit géré avec sérieux et rigueur comme une entreprise. C’est une entreprise qui fonctionne bien pour le moment, ce qui nous permet d’investir. Normalement, c’est la période de l’année la plus enthousiasmante à Juddmonte, celle où les naissances commencent et celle où les croisements ont tous été validés. Ils vont produire les foals de 2022, les yearlings de 2023, les 2ans de 2024 et tous ces chevaux seront à leur sommet à 3ans, en 2025. S’il y a un champion de cette génération en 2025, il sera issu d’un croisement qui a été validé par le prince. Ce sont ces sortes de prévisions à long terme qu’il a mises en place et c’est notre moteur. »

Deux des fils du prince Khalid Abdullah l’accompagnaient régulièrement sur les hippodromes : le prince Ahmad bin Khalid et le prince Saud bin Khalid. Il n’a pas été précisé encore  à quel nom la fameuse casaque sera attribuée, des « couleurs » (casaque verte, manches blanches, écharpe et toque rose) qui avaient débuté  en 1978 en Grande-Bretagne.

Mondher Zouiten